понеделник, 27 юли 2015 г.

Vert

Il s’alourdit, d’un coup il s’alourdit,
l’été précoce, sauvage et enragé.
Et dans les roches une herbe folle naquit,
des fleurs surgirent aux angles fissurés.

Au bord des dalles craquelées de l’eau jaillit.
Un pâle soleil germa au bout du seuil.
Et par la porte d’entrée en bois pourri,
des tiges percèrent, dans un excès de feuilles.

Et un silence pesa au-dessus du sol.
Les bruits luttèrent. Mais le silence resta.
Longtemps je l’entendais tuer les sons...
(Du toit glissèrent partout de lourdes lianes.)

Il s’alourdit, d’un coup, et me blessa.
Là, sur mes lèvres, tous les mots flétrirent.
Et sur mes cils éclot une fleur malade,
tordue, vivace, rebelle, tellement avide.

Au coin de l’oeil grandit une plante bleue,
ses pousses strièrent les gouffres de mon être.
Quand elle troua l’écorce de mon coeur,
le monde autour se mit à disparaître...

Няма коментари:

Публикуване на коментар

Търсене в този блог

Архив на блога